2023 : QUELS CHANGEMENTS POUR LES AUTOMOBILISTES ?

Accueil » Les infos auto » 2023 : QUELS CHANGEMENTS POUR LES AUTOMOBILISTES ?

Le passage à une nouvelle année rime souvent avec nouveautés pour les automobilistes. Mais on vous l’accorde, il n’est pas toujours facile de suivre les différentes évolutions. Pour vous aider, Extruplast vous dresse un récap de tout ce qui vous attend en cette année 2023.

MISE EN PLACE D’UN CHÈQUE CARBURANT ET D’UNE PRIME COVOITURAGE

Les prix des carburants particulièrement élevés auxquels s’ajoute l’arrêt de la prime à la pompe depuis le 31 décembre 2022 n’ont ravi personne. Néanmoins, vous en avez certainement entendu parler, une indemnité carburant de 100 € a été mise en place pour près de 10 millions de Français afin de leur apporter une aide financière dans ce contexte économique compliqué.

Pour savoir si vous faites partie des personnes concernées, plusieurs conditions sont à respecter comme utiliser son véhicule pour se rendre au travail, ou encore avoir un revenu fiscal de référence inférieur ou égal à 14 700 € par part. L’ensemble des informations nécessaires est disponible ici.

Pour les adeptes du covoiturage courte distance, vous pouvez bénéficier d’une prime de 100 € depuis le 1er janvier 2023, versée directement par la plateforme de covoiturage avec laquelle vous voyagez. Cette prime est versée de manière progressive avec un premier versement de 25 € effectué maximum 3 mois après le premier trajet, puis un second versement de 75 € réalisé au plus tard 3 mois après le dixième trajet de covoiturage.

Pour en bénéficier, certaines conditions sont évidemment à respecter :

  • Avoir le permis de conduire
  • Utiliser une plateforme de covoiturage participant au dispositif comme Klaxit, BlaBlaCar, Coopgo, Ecov, etc.
  • Réaliser un premier trajet en covoiturage en tant que conducteur en 2023, suivi de 9 autres trajets dans les 3 prochains mois
  • Covoiturer en France sur une distance ne dépassant pas les 80 kilomètres

Pour plus d’informations, clique ici.

DES PÉAGES D’AUTOROUTES PLUS CHERS

Comme chaque année au mois de février, les tarifs des péages autoroutiers sont revus selon une formule automatique liée à l’inflation. Cette année encore, ils sont revus à la hausse avec une augmentation moyenne de 4.75 % depuis le 1er février 2023 pour les réseaux Vinci Autoroutes, Sanef SAPN, APRR et AREA.

Néanmoins, quelques précisions sont à apporter :

  • Pour les propriétaires de voitures électriques, vous bénéficiez d’une réduction de 5 % tout au long de l’année dans le but d’encourager la décarbonation du réseau automobile.
  • Les personnes possédant un badge de télépéage et empruntant minimum 10 fois par mois les réseaux d’autoroutes cités plus haut, la réduction de 30 % dont vous bénéficiez jusqu’ici passe à 40 %. L’idée étant de freiner les coûts de la vie quotidienne en protégeant les personnes qui se rendent au travail en voiture et en favorisant la transition écologique.

L’EXPÉRIMENTATION DU PRÊT À TAUX ZÉRO

Depuis le 1er janvier 2023, une nouvelle initiative a été mise en place avec l’expérimentation du prêt à taux zéro pour l’achat d’une voiture électrique ou hybride dans certaines zones à faible émission (ZFE).

Toutefois, voici les conditions pour en bénéficier :

  • Être situé dans une ZFE ou dans une intercommunalité frontalière
  • Avoir un revenu fiscal n’excédant pas 14 000 € ou dans le cas d’une micro-entreprise, ne pas avoir un chiffre d’affaires supérieur à 2 millions d’euros
  • Le montant du prêt accordé est de maximum 45 000 € pour une voiture et de 60 000 € pour une camionnette d’un poids maximum de 2.6 tonnes et dont les émissions de CO2 ne dépassent pas les 50 grammes par kilomètre.

Il est important de préciser que les établissements bancaires accordant ces prêts n’ont pas de garantie particulière sur les crédits accordés aux emprunteurs dont elles devront apprécier la solvabilité. Néanmoins, elles pourront disposer de réductions d’impôt équivalentes au montant des intérêts qu’elles auraient reçus dans des conditions normales de taux.

DES BONUS/MALUS A N’EN PLUS FINIR

            DES BONUS ÉCOLOGIQUES…

En 2023, le Gouvernement continue d’inciter à l’achat ou à la location de véhicules moins polluants via la prolongation des bonus écologiques. Néanmoins, les modalités pour percevoir ce bonus ont évolué. Désormais, l’aide financière est accordée aux véhicules fonctionnant uniquement à l’hydrogène, à l’électricité ou à une association des deux, et leur masse doit être inférieure à 2.4 tonnes. Les véhicules de catégorie M2 qui bénéficient d’une dérogation de poids et dont le poids de charge est inférieur ou égal à 3.5 tonnes, peuvent également être éligible à l’aide.

Par ailleurs, d’autres conditions sont fixées :

  • Le coût total lié à l’acquisition du véhicule soit être inférieur ou égal à 47 000 €.
  • Le montant de l’aide correspond à 27 % du coût d’acquisition TTC.
  • Le bonus accordé aux particuliers est plafonné à 5 000 € et pour les personnes morales, il est de 3 000€.
  • Les particuliers dont le revenu fiscal de référence est inférieur ou égal à 14 089 € par part peuvent disposer d’une augmentation de 2 000 € du bonus.

Afin de bénéficier de cette aide, deux solutions s’offrent à vous : vous pouvez demander au vendeur à ce que le montant de l’aide soit directement déduit de votre facture ou bien, vous pouvez faire vous-même la demande sur le site primealaconversion.gouv.fr.

            … ET DES MALUS

Vous vous en doutez, s’il y a des bonus écologiques, il y a aussi des malus et cette année, ils se sont durcis ! Effectivement, alors qu’en 2022 le malus s’appliquait à partir d’une émission de 127 grammes de CO2 par kilomètre, en 2023 il s’applique dès 122 grammes de CO2 émis par le véhicule.  

Le super-malus, quant à lui, est aussi revu à la hausse puisqu’il passe de 40 000 à 50 000 € et s’applique pour les modèles qui émettent plus de 226 g/km de CO2. Ce malus ne peut aller au-delà de 50 % du prix d’achat de la voiture.

Pour le malus au poids, et plus précisément pour les véhicules de plus de 1 800 kg, le malus n’a pas changé. Il faut encore ajouter 10€ par kilogramme en plus.

Enfin, les véhicules électriques et hybrides rechargeables pouvant rouler au moins 50 kilomètres sans émission sont exemptés de cette taxe. Idem pour les véhicules conçus pour les personnes à mobilité réduite.

Si vous souhaitez savoir si vous devez payer le malus lié à l’émission de CO2, retrouvez quels véhicules sont concernés, le montant du malus ainsi que les réductions dont vous pouvez bénéficier en cliquant ici.